lundi 13 mars 2017

» [Ukraine] Une Histoire faussée ne crée pas d’amis, par Andreas Umland

» [Ukraine] Une Histoire faussée ne crée pas d’amis, par Andreas Umland: "Arriver à un terme avec le passé est toujours un travail compliqué. Mais dans très peu de pays le débat sur l’histoire est aussi chargé – et aussi significatif – qu’en Ukraine.

Cela a trait avec l’histoire complexe d’une nation qui a été prise en étau, durant une grande partie du XXe siècle, entre deux puissances totalitaires qui cherchaient sa destruction. Le fait que la succession d’une de ces puissances – la Russie agressive et chauvine de Vladimir Poutine – exploite cyniquement l’un des éléments les plus controversés de l’histoire ukrainienne dans sa guerre contre Kiev n’aide pas. De plus en plus, cependant, la responsabilité en incombe à Kiev elle-même.

Il y a en particulier la problématique de l’interprétation historique d’un parti nationaliste qui a cherché à créer une Ukraine indépendante aux alentours de la seconde guerre mondiale – l’irréductible « faction Bandera » de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens (OUN-B). Le dilemme est que, alors que plusieurs des chefs de l’OUN-B et membres ordinaires ont donné leur vie durant le combat pour l’indépendance ukrainienne, la plupart d’entre eux étaient aussi de virulents nationalistes, définitivement xénophobes. Certains ont même été complices de l’Holocauste et d’autres crimes de masse contre des civils. Du coup, alors que le groupe bénéficie d’une popularité considérable au sein de la classe dirigeante de l’Ukraine et d’une large part l’élite intellectuelle, il est très controversé chez la population du pays proche de la culture russe, les juifs, l’intelligentsia libérale, et ses partenaires étrangers."

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Utiliser le code html classique pour ajouter un lien (Plus d'info ici)